A la mer

  • Dame Olina
  • Nous

Je vais commencer cette histoire par le commencement, parce qu’hier, ce n’était pas une simple virée à la mer.

 

Juste après l'arrêt des cours, en juin, Sam a invité 3 copain/copines à passer la journée à la maison, histoire de profiter tranquillous avant de commencer les révisions pour les oraux de français. En raccompagnant ses amis, ils me demandent s'ils peuvent organiser la même chose mais en étant une quinzaine (sans compter que nous sommes 5 autres dans la famille...). J'explique très simplement à Sammy que 15 + 5 ça fait trop et il le reconnaît immédiatement (ouf !!). Je lui suggère alors de trouver quelqu’un qui puisse lui prêter un local, une maison, un appart… enfin, un lieu pour pouvoir organiser ce qu’ils souhaitent. De là, cet ado a eu la lumineuse idée de demander à son grand-père s’il pourrait occuper son studio de Palavas-les-Flots. Bingo : le studio est dispo et le papy est d’accord !

 

Hier matin, comme prévu, j’emmène Sam et 2 copines à Palavas, avec mes 3 autres piot-piots, des serviettes et un casse-croûte, bien entendu. Nous n’allions tout de même pas aller jusqu’à la plage sans y rester un p’tit moment ! Là, 6 autres amis les attendaient pour passer 3 jours/2 nuits dans le-dit studio, presque face à la mer. Ces ados ce sont super bien organisés, chacun a emmené de quoi manger, boire, dormir etc… 5 garçons (baraqués), 4 filles, presque rien à craindre… sauf le manque de place. Et comme je l’ai conseillé : si vous ne rentrez pas à 9 à l’horizontal, va falloir envisager un agencement vertical ! Le souci n’est pas venu là où nous aurions pu le redouter, ni même aussi rapidement. Non. L’un des baraqués s’est fracturé la malléole en rentrant dans l’eau, 5 minutes après être arrivé sur la plage, 2 heures après nous. Et qui était sur la plage à profiter de bains divinement chauds, de la plage presque déserte, du sable doux, de ses enfants ravis de ce moment de pure détente, hein qui ?! Qui pouvait emmener cet « enfant » blessé aux urgences ? Ben, c’est bibine… Je me laisse donc convaincre de laisser toute ma marmaille sur la plage pour aller sur Montpellier à condition que je ne reste pas à l’hôpital mais que je revienne aussitôt. Je prévoyais de prendre les enfants avec moi, Sam m'a dit qu'ils pouvaient gérer, lui, Miléna, Melvine et ses potes. 45 minutes plus tard, me revoilà donc pour un autre bain délicieux. Jihanne n’a absolument pas fait cas de mon absence, toute occupée à ses activités sableuses et aquatiques sous la surveillance des ses 3 grands frères/sœur qui ont également continués à profiter. Là, j’apprends qu’il faut que je signe un papier à la clinique pour que le gamin, mineur, puisse être occulté. Ben, c’est que nous avions prévu de déguster une glace au Catalan, sur les quais nous, après la plage… J’ai alors proposé « Si nous allions à Ikéa prendre notre glace et acheter les fameux moules à Mister Freez qui nous font défaut ? » Ils étaient enthousiastes, Ikea est à 5 minutes de la clinique. Le blessé et sa copine devaient prendre la navette des plages pour revenir. Je galère grave pour trouver une place sur le parking de la clinique, actuellement en travaux. Nous nous pointons tous les 4 à l’accueil. Je demande à pouvoir signer toutes les autorisations et l’on m’annonce qu’il a déjà vu un médecin et qu’il attend en radiologie pour d’autres examens. OK. Mais pourquoi alors m’a-t-on priée de revenir ? Le docteur se pointe face à moi et me dit sans que je n’ai prononcé un seul mot « Il s’agit d’un mineur, il ne peut sortir seul d’ici. Si vous ne l’attendez pas, j’appelle les forces de l’ordre, j’ai même le numéro du procureur de la république » me menace-t-il en brandissant son téléphone. OK, OK… « Pas de soucis Monsieur, je vais attendre. Vous pensez qu’il sortira dans combien de temps ? ». De là, il tourne ses talons et nous laisse plantés pendant 30 bonnes minutes, tous les 4 debout, face au bureau des admissions. Finalement, la copine du blessé qui passait par là nous propose d’aller faire un tour et qu’elle m’appellera lorsqu’ils devront sortir. Ayé.. tout ce que les enfants souhaitaient : Ikea, ses glaces, ses milkshakes et ses hot-dogs. Ce sont les vacances, oubliés les exhausteurs de goût, les arômes et autres colorants. Vive les enfants souriants, les moules supplémentaires, le nouveau verre avec des flamands roses et les 2 cintres à pantalons. Nous sommes donc ensuite retournés à la clinique et avons ramenés les 2 jeunes au studio, avec une longgggggggggggggue halte à la pharmacie où un vieil homme aigrit et sa femme ont failli ma faire perdre toute la civilité et la patience dont j’avais su faire preuve jusqu’ici. Juste failli, j'étais blindée. Même s’il l’éclopé ne doit pas aller sur la plage, plus motivé que jamais, il ne voulait pas rater ce petit séjour entre copains, et oh combien je pouvais le comprendre. Et là, devant l’appart, j’ai eu droit à un méga câlin de mon grand qui m’attendait pour me remercier : « T’as vu mon fils ce que tu m’obliges à accomplir pour être prise dans tes bras ?! ». Ca nous donnera juste une autre occasion de revenir à la plage et d’ensuite aller enfin au Catalan, ce glacier cher à mon cœur parce que j’y allais déjà lorsque j’étais enfant, avec ma Maman.

 

Retour at home at 19h, 160 km au compteur et une fatigue folle qui a fait se questionner Melvine et Miléna sur une supposée schizophrénie maternelle… Beuhhh, je parlais juste comme si j’avais un petit démon rouge sur l’épaule droite qui me marmonnait de continuer mon ménage entamé avant de partir et un petit ange blanc sur la gauche qui me murmurait de finir le lendemain et de me boire un verre sur ma terrasse avec mon chéri après une bonne douche. Mauvaises langues… je ne suis pas schizo, juste je me questionne à voix haute, sales gosses !!

 

Nous pouvons maintenant en venir à la mer, celle qui est salée et fait se tordre le visage de Miléna dans des mimiques si drôles que je ne partagerais avec vous que les photos les plus soft ! J’en profite pour passer un petit message personnel à son attention : « Ma chérie, si tu traites encore une fois ta mère de schizo, gare à ma vengeance, j’ai des clichés en réserve qui, je te le jure, ne te montrent absolument pas sous ton meilleur jour ! ».

 

Pour info, non, elle n'a pas essayé de voler au dessus des vagues, elle est naturelle.

A la mer
A la mer
A la mer
A la mer
A la mer
A la mer
A la mer
A la mer
A la mer
A la mer
A la mer
A la mer
A la mer
A la mer
A la mer

Sabrina 08/07/2015 10:42

Quelle histoire mais quelle histoire ma pauvre!!
Je ne m'attendais vraiment pas à lire ça à la vue du titre.Hihi

Tu diras à Miléna qu'avec tout ça,y'a quand même de quoi péter un plomb,schizo ou pas d'ailleurs mdrrrr


gros bisous

Sab

Dame Olina 08/07/2015 10:45

Moi non plus, je ne pensais vraiment pas passer une telle journée en allant à la plage !!!

mamalouga 08/07/2015 09:40

Que je regrette de ne plus vivre à montpellier .... J'aurais tant aimé te rencontrer !
Un jour qui sait .... ;)
en tout cas, sacrée journée !!!
Bises

mamalouga 08/07/2015 11:16

ça c'était avant ...... nous sommes remontés en région parisienne ....

Dame Olina 08/07/2015 10:44

Oh oui, ça aurait était sympa de se rencontrer ! Si mes souvenirs sont bons, tu as une très belle maison à la campagne, loin du tram et des routes non ?!

Terre d'Olina © 2009-2015 -  Hébergé par Overblog