Pâte à tartiner

  • La Terre du Bonheur
  • Cuisine

pate-a-tartiner-noisette-2.jpgpate-a-tartiner-noisette.jpgJ'ai trouvé THE recette ici (clic-clic)

 

  Je me suis déjà moulte fois essayée à des pâtes à tartiner (clic-clic), toujours meilleures que le Nut-beurk (en goût et en ingrédients) mais pas de quoi me transformer en reine tartinade aux yeux de mes piot-piots. C'était jusqu'à celle-ci, une tuerie de la mort qui tue cette pâte... Même Mr de la Terre d'ici m'a dit "elle est vraiment excellente ta pâte. Succulente même". Lui, l'homme qui aime la viandasse et la charcuterie(dasse) et qui pourrait, contrairement à sa femme, survivre sans sucre, c'est dire !

 

Je vous en donne ma recette, toute légèrement modifiée (l'originale de Christophe Michalak est en lien ci-dessus) :

- Tout BIO évidemment -

270 g de noisettes décoquées (sans coque quoi !)

120 g de sucre blanc en poudre

150 g de sucre complet ou intégral

150 g de chocolat au lait à 40% de cacao

25 g de lait en poudre (vache pour moi ça doit être possible avec un lait végétal tant qu'il est en poudre déshydraté car c'est cette poudre qui va absorber l'humidité donc c'est un ingrédient nécessaire)

10 g de cacao en poudre

1 cc d'huile de noisettes

10 gtes d'extrait de vanille

0,5 ml de sel fin gris

 

Mettre les noisettes dans un plat à tarte afin de bien toutes les étaler et mettre au four à 180° jusqu'à ce qu'elle soient bien grillées, en remuant fréquement afin d'avoir une torrefaction homogène pour chaque noisette. Sortir du four et laisser refroidir. Pendant ce temps, verser le sucre blanc dans une casserole et le faire tout juste caraméliser (cf. le "NB caramel" après la recette). Si vous sentez une odeur de brûlé, c'est loupé, ça gachera tout, comme tout caramel râté, dans ce cas, recommencer en laissant colorer moins foncé (je n'aime pas le gaspi mais du caramel amer dans une recette et c'est carrément tout le plat qu'il faut jeter). Verser tout de suite en l'étalant sur une plaque en silicone, saupoudrer de la moitié du sel et laisser refroidir.

 Débarrasser les noisettes refroidies de leur peau. Les miennes en avaient gardé un peu, donc sans influence sur le goût final. J'adore en hiver, ça réchauffe les mains, il faut frotter entre ses doigts et laisser s'échapper les petits pellicules grillées ! (D'ailleurs, le lait de noisettes torrefiées c'est excellent au Soyabella, je ferme la parenthèse). Casser le caramel refroidit et durcit grossièrement et le mettre dans votre mixeur avec 120 g noisettes. Mixer jusqu'à obtenir une espèce de pâte liquéfiée nommée pralin (goutez, à peine pour conserver les bonnes quantités, c'est divin !). J'ai essayé au robot mixeur : j'ai obtenu de la poudre plutôt grossière. J'ai finalement opté pour mon mixeur plongeant mais il a beaucoup chauffé m'obligeant à faire des pauses pour ne pas l'achever (il m'a servit à faire la première compote de mon grand de 15 ans, ça ce respecte les veilles choses). Tout ça pour préciser que je ne suis pas bien équipée pour mixer finement de grande quantité ("chéri mamour, j'ai une idée de cadeau"... nan, je rigole, j'ai déjà passé commande !). Vider votre mixeur, réserver.

Mixer les noisettes restantes avec le sucre complet jusqu'à obtenir une autre pâte (ce fut plus facile pour moi avec ce mélange) nommée pâte de noisette (mélange à part égale de sucre et de noisettes torreffiées). Faire fondre au bain-marie le chocolat au lait et le rajouter avec le sel restant à la pâte de noisette pour obtenir du gianduja noisette/chocolat au lait (goûtez, à peine... ). Rajouter votre pralin, le lait déshydraté (oui, je sais, c'est du lait mais...), le cacao, la vanille et l'huile (à défaut de noisette, préférez de tournesol). Mixer à nouveau jusqu'à la consistance qui vous convient. Plus on mixe, plus cela devient liquide.

Mettre en pot (pile la quantité des pots à confiture d'Ikea comme celui de la photo moins une petite cuillère pour que tout le monde goûte). Se conserve à température ambiante (mais bien caché sinon, pas de conservation envisageable, plutôt du lavage de pot vide). 

 

NB caramel :   Pour faire mon caramel ainsi à sec (je ne le loupe jamais alors qu'avant, avec de l'eau, pffffffffffffffff des croûtes blanches, sèches, cristallisées, mais ça, c'était avant, j'ai tourné la page) j'utilise une cuillère en bois ou en silicone et je remue dès que le sucre fond en ramenant les bords qui se colorent vers le centre. C'est très rapide, mes premiers "à secs" étaient presque tous brûlés jusqu'à ce que je prenne le coup : je me fie à l'odeur et à la couleur. Si vous avez des craintes, préparez un saladier avec des glaçons afin d'y plonger le cul de la casserole pour stopper la cuisson. J'ai essayé avec du sucre roux, du complet de l'intégral : jamais réussit, sans doute à cause de la couleur. Donc sucre raffiné obligatoire pour du bon caramel, qu'on se le dise !

 

Si vous essayez cette recette, n'hésitez pas à revenir me donner votre avis ou vos remarques, dans la partage, c'est encore meilleur !

sabrina 18/12/2013 14:39

Elle a l'air fondante a souhait en plus!,
Je suis comme toi tres gourmande en sucre

Terre d'Olina © 2009-2015 -  Hébergé par Overblog