WE en vadrouille #4

  • Dame Olina
  • Nous

Dernier volet de cette série (#1, #2, #3) avec notre passage à La Couvertoirade sur le retour, petit village médiéval au coeur du Larzac, entre Montpellier et Millau, non loin de l'A75. Nous nous y sommes arrêtés au jour tombant, un dimanche, donc pas d'autre visite que le village et ses ruelles, mais aucun regret, la tranquilité du lieu était appréciable.

Nous y sommes déjà allés il y a une petite quinzaine d'années, lorsque notre ainé avait environ 20 mois, avec ma Maman. Une journée dont je me souviens encore, j'étais tout juste enceinte de notre première fille, j'étais avec mon grand bébé, mon mari et ma Maman : comment ne pas garder intact ce souvenir en de telles circonstances favorables au bonheur ?! J'ai d'ailleurs une photo prise là bas par mon chéri, de ma Maman et moi, se tenant par la main, heureuses et complices. Ce cliché est collé en face de ma table à couture de façon à ce que je nous vois unies à chaque fois que je couds, càd très très souvent.

Ce village est aussi beau que dans mes souvenirs, classé parmi les plus beaux villages de France, son histoire est pationnante, comme souvent avec ce type d'édifice.

Vous découvrirez, entre autre, une sculture de verre qui restitue les rayons solaires de manière artistique, que ce soit face à la lumière ou à contre-jour et la "curette" (féminin de curé) rose dans l'église n'est autre que Jiji faisant un discours muet face à une assemblée vide. Et ne vous moquez pas de Miléna sur son mur de pierre (merci pour elle !), elle tient bon et n'est pas tombée. 

la couvertoirade 7la couvertoirade 1la couvertoirade 6la couvertoirade 3la couvertoirade 4la couvertoirade 2la couvertoirade 9la couvertoirade 8la couvertoirade 5

      Tout a fait le genre de village où nous nous projetons avec mon chéri, après le départ des enfants. Nous nous imaginons à la retraite, vendant notre maison pour y acheter un petit nid d'amour douillet où nous serions tranquilles et paisibles (et peinards sans gosses, faut bien se l'avouer !!!) mais la rudesse de l'hiver sur le Larzac me remets vite les pieds sur terre : "plus au Sud mon amour, suis trop frileuse pour supporter le froid d'ici. Il faudrait que tu me coupes beaucoup de bois pour entretenir le feu dans la cheminée, tu serais trop vieux pour y parvenir !". Il fait toujours froid dans le genre de village que nous adorons, crotte (de bique)...    

sabrina 07/11/2014 16:20

Sofi tu m'émeus par tes mots quant tu évoques ta complicité tant avec ta maman qu'avec ton mari

Terre d'Olina © 2009-2015 -  Hébergé par Overblog